top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurK

Toutes les vérités sont elles bonnes à dire?

Dernière mise à jour : 28 févr. 2021


Il y a deux jours j'échangeais avec une amie sur les problématiques du pays ...oui bon man enmen diskité sé pa fot mwen ;-)


Et dans le fil de la discussion elle me dit "K, penses-tu réellement que tout doit-être dit?"


Wouaw, c'est con mais cette petite phrase m'a donné une claque, car elle m'a renvoyée à une réalité: le fait qu'en pays dominé, tout ce qui a trait aux violences subies (concrètes ou symboliques) doit rester sous la chape de plomb d'un silence imposé.


Et dans ce carcan imposé et intériorisé, nous nous appliquons, nous même la règle inique du "tout bagay pa bon pou di".


Ce silence que nous acceptons, n'est-il pas finalement, bien plus qu'une muselière, un voile jeté sur notre capacité à nommer les maux qui nous rongent ?

Et, par suite, toute possibilité à dénoncer les infamies que nous subissons ?


(J'ai passé mon bac à presque 17 ans et soyons clairs la philo ca n'a jamais été ma came...mais quand même ça m'a questionné ....enfin bref...)


Si on ne dit pas tout ouvertement, comment adresse t'on les problèmes?, en les taisant, nous les dénions non?

Et, dès lors que nous sommes dans le déni, nous acceptons ; privés par d'autres, et par nous-même de la possibilité d'un monde meilleur.

N'est-ce pas ce qui amène cette violence sociale que nous vivons?


Notre histoire nous enseigne que quand on prend conscience des réalités, il y a un devoir de dénoncer, et de passer aux actes.


C'est ainsi que, par exemple, jusqu'en 1983, il n'y avait pas de jour férié en Martinique pour célébrer la libération des hommes mis en esclavage par la France.

C'est par la parole libérée, puis des actes posés, et des combats menés, que ce 22 Mai 1848 fût désormais consacré et honoré en Martinique.


Si le silence n'avait pas été rompu, aurions nous eu une journée mémorielle pour 400 ans de crimes restés impunis? (plus d'infos ici)


Si les entrepreneurs de mémoire de notre pays, n'avaient pas rejeté en bloc, en leur temps, le "Nos ancêtres les gaulois" qu'on leur bassinait à profusion, on enseignerait probablement ce genre d'ineptie en 2021 à nos enfants (wouaye Bondié, nou ja asé aliéné kon sa).

Nos parents l'ont appris, et il a fallut attendre les années 2000 pour que des adaptations officielles des programmes intégrant l'histoire de

nos territoires soient enseignés...


Qui peut sérieusement croire que sans les mobilisations, les luttes et la parole libérée cela aurait changé? (plus d'infos ).

Dès lors, doit-on continuer à se taire face aux problématiques économiques, de migrations, de violence , de monopoles, d'empoisonnement ...?


Doit-on continuer à faire profil bas et à ne pas déranger ? on craint de déranger qui exactement? n'est-ce pas à nous meme que nous causons le plus de tort en nous murant dans le silence?


En pays dominé, briser le silence a un coût, et c'est par la peur que tout tient...


Notre peuple a subi une violence quotidienne depuis son émergence :

  • Déportation

  • Mise en esclavage

  • Domination sociale, économique, culturelle

  • Chomage

  • Empoisonnement

Déni d'humanité, déni de reconnaissance culturelle, déni de dignité, déni...


N'est-ce donc pas une violence supplémentaire que de taire ces problématiques?


Ne nous taisons plus jamais, dénonçons les incohérences, dénonçons les injustices et les crimes.


C'est à cet unique prix que nous pourrons être peuple, un peuple djok et debout.


L'heure de nous mêmes a sonné. Il est l'heure!






87 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

#CTM2021 1er tour ✔

Vox Populi Vox Déi. 4 listes sont au 2eme tour en Martinique : Serge Letchimy AMJ JP Nilor Catherine Conconne Mes aïeux! que des anciens en politique... les mentors et leurs ex bras droit, autant dire

bottom of page